7 façons de tester son idée de startup avec un Minimum Viable Product / MVP

A mes yeux, la plus grande cause d’échec des startups est très simple (si l’on parle chiffres uniquement) : c’est le fait DE NE PAS SE LANCER. C’est fou le nombre de personnes qui ne donnent pas une chance à leurs idées, qui s’autocensurent… Et c’est en réalité bien dommage. Chaque fois qu’un entrepreneur en puissance (on parle de wantrepreneur) tue de lui-même une idée, c’est un peu de l’écosystème de startups qui y perd.

Nous remercions Guilhem Bertholet qui est l’auteur de cet article www.guilhembertholet.com

Il y a  à cela plein de raisons, mais je pense que la principale est le fait de croire que cela va être trop compliqué de faire les premiers pas. Le gap a l’air trop important aux yeux du wantrepreneur entre sa situation actuelle (étudiant, salarié, retraité) et le statut d’entrepreneur.

mvp-minimum-viable-product-lean-startup

Pourtant, il existe une bonne façon, même en étant déjà en poste (lisez d’ailleurs aussi cet article), de tester son idée : il s’agit de commencer à se lancer dans la création. Pas de n’importe quelle manière évidemment, en réalisant un MVP : un Minimum Viable Product, ou « produit le plus petit possible qui m’aide à prouver qu’il y a un marché ». Exit, donc, les business-plans, études de marché, excels avec des formules à rallonge.

Mettre au point un Minimum Viable Product nécessite d’être malin pour trouver des astuces pour récupérer beaucoup d’informations sans passer beaucoup de temps à réfléchir, et pour « faire croire » que votre produit ou service tourne déjà. Notre but ici n’est pas de vendre forcément toute la prestation, ni de fonctionner déjà comme une vraie entreprise, mais bien de s’assurer que certaines personnes seraient en passe de devenir clientes.

Et pour cela, il existe quelques astuces de sioux, qui ne nécessitent ni trop d’argent, ni trop de temps, pour au moins donner une chance à une idée business (et commencer à apprendre des choses qui serviront peut-être plus tard, sur d’autres sujets :

  • Poser une landing page et un formulaire d’inscription. Plutôt que de développer entièrement votre service web, ne faites que la page d’accueil d’un site. Il existe tout un tas d’outils (par exemple, Unbounce, ou Strikingly) qui vous permettent de le faire sans aucune compétence de développement (il vous faudra quand même vous renseigner sur les règles de base d’ergonomie web, hein !). Expliquez-y votre service comme s’il existait déjà, donnez des détails, parlez le discours des clients, en mode « quels bénéfices pour eux ». Et bien sûr mettez un formulaire d’inscription vous permettant de récupérer des emails. Prévenez ensuite chacun que le site n’est pas encore lancé, mais que vous adoreriez avoir leur avis lors d’une brève conversation téléphonique…
  • Jouer au concierge en « faisant à la main ». Cela marche bien dans le cas où votre site est censé faire quelque chose d’automatiser… mais dont le développement coûterait trop cher. Vous récupérez les contacts de la personne intéressée et vous faites tout à la main vous-même (recherche d’infos, matching, achats, … cela marche pour presque tout). Au moins, vous comprendrez les étapes du business et les points « goulets d’étranglement »… ainsi que les vrais besoins des clients.
  • Disperser des pubs. Si votre produit colle à une recherche ou un besoin particulier, vous pouvez peut-être acheter un peu de pubs. Si personne ne clique dessus, c’est peut-être que le besoin n’existe pas. Essayez ensuite de récupérer un contact pour affiner leur besoin par téléphone ou mail.
  • Faire une vidéo démo. Faites une petite vidéo explicative (par exemple ici) de votre service. Montrez-là en live à des prospects potentiels, ou diffusez-la sur une page avec un petit formulaire. Et faites plusieurs versions pour tester ce qui marche (ou pas) !
  • Tester « dans une rue ou un quartier ». Si vous offrez des services, ou un produit particulier, vous avez la possibilité de faire croire, à l’échelle d’une rue ou d’un quartier, que votre entreprise existe vraiment. Imprimez des flyers et diffusez-les systématiquement dans les boites aux lettres et magasins, passez vous présenter dans les entreprises, éventuellement faites de la distribution « à la main » ou sur les pare-brises… avec un numéro de contact. Si après quelques jours personne ne vous a appelé c’est peut-être qu’il n’y a pas de besoin (ou que vous êtes dans le mauvais quartier).
  • Frankenstein-style. Vous avez une idée de site web, mais aucune compétence ni graphique ni de développement ? Hé bien faites une Frankenstein : faites des copies d’écran des sites que vous trouvez bien, récupérez morceaux par morceaux ce qui y marche, et « assemblez » ainsi, bout par bout, le site de vos rêves. Il ne vous reste plus qu’à aller dans la rue avec un iPad et à montrer les images en émulant un parcours de navigation. Laissez les gens réagir, vous apprendrez beaucoup.

Devenez membre d’ActivSpaces dès maintenant. http://activspaces.com/membership.php 

La suite à la source: www.guilhembertholet.com

 

1876 Total Views 1 Views Today

You may also like...

2 Responses

  1. Yann says:

    Great article, Great insights and practical takeaways points!

  2. heltyglover says:

    excellent article
    ou ce rendre lorsque vous avez besoin de personnes entousiastes et des potentiels co fondteurs pour travailler sur un projet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>